dimanche 2 juillet 2017

Les vacances basiques



Que l’ouverture officielle des vacances soit avancée au 2 juillet, soit ! cela peut donner aux parents l’espoir d’en finir avec cette première quinzaine de plus en plus stérile et vasouillarde au point de vue labeur. Les maîtres sont requis pour les examens, les pions préparent leurs concours personnels, les élèves débrayent et terminent le parcours dans les heures de permanence lesquelles ne sont pas toujours désagréables, mais généralement dénuées de valeur éducative. Et encore, j’admets que le climat particulier des heures de permanence puisse influencer favorablement la culture générale. J’ai connu des heures de permanence, merveilleusement stériles, qui pèsent plus lourd dans mon bagage que beaucoup d’heures de classe.
Remarquons en effet qu’à l’opposé des parents, les élèves, eux, s’accom­modent généralement bien de cette quinzaine traînante et il faut même avouer que cette agonie caniculaire de l’année scolaire vaut la peine d’être vécue si j’en crois mon garçon.
Néanmoins, si la période creuse n’était pas reportée sur la dernière quinzaine de juin comme tout le monde s’y attend, on pourrait estimer que la situation serait éclaircie. En revanche, la rentrée au milieu de septembre me paraît une brimade insensée. Il s’agit d’une appréciation tout à fait subjective qui reconnaît à Septembre des vertus extraordinaires. Il serait trop long d’expliquer pourquoi, en refusant à l’écolier la jouissance de cette dernière quinzaine, le législateur accomplit à mon avis un geste inconsidéré qui peut compromettre assez gravement la santé morale et intellectuelle des générations futures. Mais il est permis de s’étonner qu’en l’occurrence l’industrie hôtelière ait imposé sa loi à l’Éducation Nationale. Cela fait longtemps que je surveille de près le fléau touristique. À partir du moment où l’on instaurait un Ordre de Chevalerie Touristique, on pouvait mesurer avec précision le niveau de la décadence. Pour définir sa position devant l’armée européenne, la France attend les directives de la fédération des hôteliers. Notez en outre que le communiqué officiel annonçant le décalage des vacances prend soin de justifier sa décision par l’exemple de l’Angleterre et de l’Amérique. Ainsi nous n’aurons plus à rougir de nos vacances archaïques, et nos collégiens arriérés seront enfin dignes d’être intégrés dans les disciplines de l’occident civilisé.
Guide supérieur de nos destinées, le commissariat au tourisme, d’accord avec les syndicats d’initiative, donnera prochainement son avis sur la réforme des programmes scolaires et ses instructions relatives à l’enseignement obligatoire du français basique, ou basic french, au nom des intérêts supérieurs et universels du tourisme. À bien regarder, un grand pas était déjà fait vers l’idéal digest et la sublimation quintessentielle de la langue par la réduction progressive des heures de français. En classe de 4e, trois heures y sont consacrées par semaine. L’année prochaine la compression sera probablement portée à une demi-heure, au bénéfice de l’anglais basique. Le galimatias européen prend tournure. C’est le moment de se taper le basique sur le trottoir en hommage au baragouin libérateur.
Aspects de la France, Les vacances basiques, 6 février 1953, n°229

samedi 17 juin 2017

18 juin



En mettant la main à la plume pour étudier l'évolution des complexes gaullistes dans le bonneteau électoral et le crabier parlementaire, je m'aperçois qu'aujourd'hui nous sommes le 18 juin. C'est la date anniversaire de l'événement historique connu sous le nom d'Appel du 18 juin. Par cet appel le général de Gaulle invitait les combattants à le suivre outre-mer et à continuer la lutte sous son autorité.
Personnellement je n'ai ni honte ni mérite à n'avoir pas répondu à cet appel car, dans le coin où je me trouvais, le bruit couvrait la voix du général. Un bruit d'ailleurs qui nous occupait de telle sorte qu'un appel de ce genre pouvait difficilement nous concerner. Nous étions aux environs de Toul et le chef de bataillon qui nous avait menés jusque-là non sans peine depuis Longwy, avait résolu de faire demi-tour par principe, de prendre position et d'employer au mieux ce qui restait de munitions. Tout le monde pensa qu'une telle décision était parfaitement conforme à la règle du jeu. Comme nous étions très fatigués, je ne peux savoir exactement si notre attitude était plus inspirée par le zèle de combattre ou l'impatience de mettre sac à terre, mais il serait idiot de nous chicaner sur ce point. Toujours est-il que nous jouâmes aux petits soldats pendant quarante-huit heures devant l'ennemi qui fut bien obligé d'en faire autant. Peut-être que lui aussi était fatigué et que ses mitrailleurs acceptèrent la provocation avec soulagement. Il y a des moments où, de part et d'autre, dans une guerre de mouvement accéléré, la piétaille est disposée à payer le prix fort de la pause. Après tout on ne sait jamais, cela pouvait donner des espèces de Thermopyles ou une sorte de Marne, mais l'histoire a tourné autrement et ce ne fut qu'une modeste prise de contact, tout ce qu'il y a de réglementaire, mais sans effet stratégique et sans poids sur le destin des nations. Quoi qu'il en soit notre affaire se déroula dans le bruit habituel à ces rencontres et nous ne pûmes percevoir l'appel d'un général qui, au demeurant, n'était pas celui de notre division. Nous fût-il parvenu que, à mon avis et si mes souvenirs sont exacts, le bruit ambiant avait une tonalité trop conventionnelle et classique pour être favorable à l'idée de désertion, fût-elle héroïque, historique, et marquée du signe rédempteur de la réussite.
Comme tout le monde j'ai fait ce que j'ai pu pour croire à la réussite providentielle de l'homme du 18 juin. La réussite ayant mal tourné, je ne puis m'associer à l'anniversaire officiel du 18 juin sans réserver une partie de ma ferveur pour le 18 juin de mon bataillon et rendre à ses morts les honneurs discrets qui conviennent de plus en plus aux victimes du devoir conformiste.

18 juin, Aspects de la France, 20 juin 1952, n°196

jeudi 11 mai 2017

L'espoir renaît



A l'heure où j'écris ces lignes, M. Queuille, après MM. Bidault et Mollet, essaye de former cette chose que les pince-sans-rire appellent un gouvernement. Le bon sens nous porte à croire que les personnages susnommés représentent ce qui se fait de mieux dans le genre homme d'État en IVe République. C'est la fine fleur des assemblées, la quintessence du ramassis, les plus beaux coqs de la faisanderie. Ils ont été portés au maroquinat par les infaillibles remous du bazarlik majoritaire et nous les honorons comme des instruments familiers au service des « médiocrités faméliques » dont parlait tout récemment M. Hutin-Desgrées[1]. M. Hutin-Desgrées, député soi-même, commence à s'inquiéter en effet de ces « médiocrités faméliques qui se glissent dans nos parlements, dont on ne sait pas d'où elles viennent et moins encore où elles vont ».
Où qu'elles aillent et où qu'elles soient arrivées déjà, ces médiocrités faméliques, c'est porter une atteinte mortelle aux principes républicains que vouloir les écarter du noble jeu. M. Hutin-Desgrée, qui feint sans doute de vouloir sauver la République, propose de conjurer le mal en réduisant le nombre des parlementaires. C'est le vœu du pays, affirme-t-il. Je n'en sais rien, ces genres de vœu ne sont jamais clairement exprimés et les Français commencent à comprendre qu'il n'y a plus personne en France pour entendre et examiner leurs vœux. En tout cas, si le nombre des parlementaires est réduit à cent ou même à la douzaine, je me demande ce qui empêcherait les médiocrités faméliques d'y installer leur majorité. Tel que je vois parti M. Hutin-Desgrées sur le vrai chemin des réformes constructives, autant qu'il préconise la liquidation pure et simple du Parlement, en commençant bien entendu par la chambre de réflexion. Et tant qu'à faire de prêter un vœu au pays, mieux vaudrait tout de suite un vœu complet et définitif.
A propos de la mission Mollet, j'allais oublier une chose importante. En période de crise ministérielle, en effet, j'ai l'habitude de vous citer un texte de base dont l'auteur est M. Vincent Auriol et qui remonte à l'époque où M. André Marie reçut mission de former un cabinet. C'est une petite coupure que je porte toujours sur moi et dont je fais profiter les amis que je vois dans la peine ou le désarroi. Pour en éprouver tout le bienfait la lecture doit être faite avec l'accent :
« Le président de la République l'a préalablement informé de ses conclusions sur la possibilité d'un programme limité et concret d'action républicaine nationale et internationale portant sur la nécessité de la restauration de l'autorité de l'État républicain, sous la loi républicaine, dans les domaines militaire et civil, et, en outre, sur la stabilité économique et sociale qui conditionne la stabilité politique et qui, à son tour, a pour condition la solution urgente des problèmes des prix, des salaires, du ravitaillement, de la production et de la répartition, de la situation financière et monétaire qui en est le reflet, sur l'organisation de la défense nationale et sur la politique extérieure. Le président a ajouté que l'ensemble de ces questions et des solutions communes délimitait la majorité qui doit être stable et exigeait un gouvernement vigoureux, solidaire et, pour les postes essentiels, des caractères inflexibles. »

Voilà le monument ; voilà la fontaine où j'invite mes lecteurs à se rafraîchir d'une onde limpide et pétillante. En un temps où, plus que jamais, les paroles sont comptées pour des actes, tout le monde me saura gré d'avoir transcrit une fois de plus ce document fondamental et roboratif, véritable digest du génie français qui joint la dignité républicaine à l'évidence cartésienne.


L'espoir renaît, Aspects de la France, 9 mars 1951, n°129